MEASURES LULLABIES AND WHISPERS
IFA-GALERIE . BERLIN . ALLEMAGNE
6 JUIN – 1 SEPTEMBRE 2024

Commissaires : Meriem Berrada et Alya Sebti

Pour sa première exposition personnelle en Allemagne, Joël Andrianomearisoa revient sur les traces de sa mémoire. Il puise son inspiration d’une berceuse que lui chantait sa grand-mère avant de s’endormir. Iny Hono Izy Ravorombazaha, l’oiseau blanc, le rythme envoûtant de la berceuse, bande sonore de l’exposition, attire les visiteurs vers le fond de la salle, dévoilant une installation vidéo inédite. Le film, entièrement tourné à Antananarivo, inaugure une nouvelle pratique artistique pour Joël Andrianomearisoa.

MEASURES LULLABIES AND WHISPERS est une invitation à explorer le rythme des berceuses et le pouvoir de la mémoire. Les mélodies apaisantes transmises d’une génération à l’autre rappellent un profond sentiment de connexion et d’appartenance. L’essence des berceuses, des sentiments d’intimité qu’elles évoquent à leur pouvoir de guérison, est le point de départ de l’exploration poétique de Joël Andrianomearisoa dans cette installation spécifique au site.

© Victoria Tomaschko

Pour cette exposition, Joël Andrianomearisoa propose un rythme spatial alternatif en créant un nouveau chemin à travers la galerie. Les visiteurs sont accueillis par des mots, rappelant la berceuse de son enfance, portées par un mur monumental qui perturbe l’espace. L’utilisation de la poésie et de l’architecture par Andrianomearisoa crée un nouveau parcours — ce qui peut sembler évident est bien plus complexe et ambigu dans ce nouvel espace, caché derrière le mur. Au-delà des langages, les visiteurs se perdent dans les méandres d’une installation de papier noir abyssal, emblématique de sa pratique. Évoquant
THE LABYRINTH OF PASSIONS présenté à la Biennale de Venise en 2019, l’installation est à la fois dense et fragile et contamine l’espace, résonnant avec l’ambivalence de la mélodie.

Joël Andrianomearisoa poursuit son exploration poétique avec une technique malgache traditionnelle de broderie sur tissu. MANIFESTE D’UNE RUPTURE, qu’il a créé en collaboration avec des artisans de sa ville natale, Antananarivo, repousse les limites techniques de la broderie en intégrant le raphia, une fibre végétale emblématique de Madagascar. Dans ce chromatisme minimaliste, presque ton sur ton, la lecture des mots brodés est presque impossible. Les gestes ancestraux deviennent des formes de narration.

Le rythme envoûtant de la berceuse, bande sonore de l’exposition, attire les visiteurs vers le fond de la salle, dévoilant une installation vidéo. PLEASE SING ME MY SONG BEFORE YOU GO tisse des processus d’écriture, sur le matériau, le texte et l’architecture dans une imagerie qui brouille le cadre du temps et de l’espace de la narration.

Cette exposition, organisée par Meriem Berrada et Alya Sebti, fait partie de la plateforme Untie to Tie à l’ifa Gallery Berlin. Le projet transdisciplinaire Untie to Tie, qui a débuté en 2017, est une plateforme d’exposition et de recherche sur les structures coloniales dans les sociétés contemporaines.